Notre critique Justfocus !

A l’affiche de la Comédie Saint Michel, où de nombreux classiques sont programmés, se trouve une heureuse comédie d’Eugène Labiche : Les deux timides. La jeune compagnie Hisse et eau, qui la joue tous les dimanches soir, lui donne une nouvelle vie délicieuse.

Les deux timides : une comédie bienveillante

Cette pièce de Labiche est rarement montée. Aussi, c’est un plaisir que de retrouver l’humour décalé et un poil suranné du dramaturge qui vaut largement Feydeau. Eugène Labiche a brossé des personnages hauts en couleur dont il fait ressortir avec humour, et beaucoup de tendresse, les travers. Les comédiens ont réussi à trouver le décalage nécessaire pour rester fidèles à l’auteur tout en gardant cette bienveillance de ton.

L’histoire : un prétexte pour le divertissement

M. Thibaudier souffre d’une grande maladie, à savoir la timidité. Il n’osa donc pas refuser la main de sa fille à M. Garadoux, qui s’est d’ailleurs imposé chez lui. Mais la future épouse, Cécile, ne l’entend pas de cette oreille car elle en aime un autre, M. Frémissin. Cependant, ce dernier est incapable de faire sa demande, atteint lui aussi de timidité. C’est donc elle, aidée de son amie Annette, la domestique de la maison, qui va prendre les choses en main.

15909786_10154166269196709_687586856_nPuisque le dénouement est cousu de fil blanc, l’intérêt réside dans les personnages, et les comédiens les incarnent presque à la perfection !
Les deux timides sont drolatiques, à en avoir des crampes lors des scènes où ils sont ensemble. Gaël Guillon-Verne et Sylvain Marceaux les interprètent avec talent et exubérance, avec des réminiscences parfois de Chaplin ou de Bourvil. On adore également le tyrannique Garadoux qui prend son rôle de méchant très au sérieux, pour notre plus grand bonheur. Elliott Janon est formidable et a réussi à trouver bien des ressorts comiques.

Quant aux femmes de la pièce, elles savent manier leurs hommes avec une main de fer dans un gant de velours. Il faut dire que Mathilde Marillat avait tout pour interpréter Cécile : un beau brin de fille avec de la finesse et du caractère. Et Roxane Merlin, qui joue Annette, a su créer par son personnage un véritable lien avec le public, dont elle est la complice. La jolie comédienne qui accueille les spectateurs conquiert ainsi le public avant d’entrer en scène. Elle montrera qu’elle aussi peut très bien allier séduction, franc-parler et autorité !

Scénographie et partis-pris de mise en scène

Le décor d’époque est très joliment reconstitué, l’assemblage est harmonieux. Les costumes classiques aussi sont très beaux. Le décalage vient d’ailleurs, et sert le comique de la pièce : les fleurs artificielles, les moments plus poétiques que réalistes, et bien sûr le second degré amené par les chansons et le contraste entre les caractères des personnages (ainsi la scène Cécile-Frémissin avec le sucrier, parmi d’autres, est délectable).

A qui conseiller cette pièce de théâtre ?

Les comédiens ont su créer avec brio une vraie pièce tout public. Les enfants apprécieront le comique et le premier degré. Les adolescents comme les adultes s’amuseront du second degré et du décalage de cette pièce qui reste un classique.

En bref : on vous recommande de courir les applaudir ! Chapeau bas Hisse et eau ! Ce n’est pas un hasard s’ils sont éligibles aux Petits Molières ! Un très beau spectacle, très travaillé, fait avec amour et servi par de très bons et généreux comédiens !


Auteur : Eugène Labiche
Mise en scène : La Compagnie Hisse et eau
Avec : Gaël Guillon Verne – Sylvain Marceaux – Mathilde Marillat – Roxane Merlin – Eliott Janon


 

15879260_10154166269206709_1636067398_nInfos pratiques

Les deux timides à la Comédie Saint Michel 
95 Boulevard Saint-Michel, 75005 Paris
01 55 42 92 97

Les mardis à 19h45 et les dimanches à 20h.
Relâches les 03/01, 08/01, 15/01 et 17/01.

 

Article rédigé par Marie Céline